Vous hésitez à acquérir cette charmante maison de campagne qui vous plaît tellement. Il y a des travaux à faire : remettre l’électricité aux normes, changer les vieilles menuiseries, retaper l’isolation… Toutes ces dépenses sont un frein à votre envie de devenir propriétaire d’une résidence secondaire

Voici quelques pistes qui pourront vous aider à dissiper vos doutes !

Les aides CEE :

Contrairement aux idées reçues, cela n’a rien à voir avec la Communauté Economique Européenne. Ce sigle signifie Certificats d’Economies d’Energie.

Ces aides concernent essentiellement les travaux qui vont vous aider à économiser l’énergie, comme leur nom l’indique. Vous pourrez donc en faire la demande afin de :

  • Remplacer une chaudière, même si elle est en état de marche, pour l’échanger contre un appareil moins énergivore
  • Installer un chauffe-eau solaire ou tout autre appareil faisant appel aux énergies renouvelables pour alimenter votre maison en eau chaude.
  • Isoler vos combles par projection de mousse ou isoler vos murs par un dispositif d’isolation par l’extérieur.
  • Remplacer les menuiseries anciennes avec simple vitrage pour des menuiseries plus performantes et un double voire un triple vitrage.

Idée reçue n°1 : Le montant des aides à la rénovation est le même pour tous.

Faux ! Les ménages modestes pourront profiter de primes à la rénovation plus importantes.

La réduction de la TVA à 5,5% :

Ce passage de la TVA de 20% à 5,5% s’applique lorsque vous faites appel à des professionnels  afin de rénover votre résidence, qu’elle soit principale ou secondaire. La réduction de TVA apparaîtra sur votre devis, sans avoir aucune démarche à effectuer.

Toutefois, elle ne pourra pas être appliquée si vous réalisez vous-même vos travaux.

Les travaux concernés sont les mêmes que pour les primes CEE.

Idée reçue n°2 :

Votre résidence secondaire n’est pas éligible à l’application de cette mesure si elle vient d’être construite.

Vrai ! Votre résidence secondaire doit être construite depuis au moins 2 ans pour être éligible.

L’exonération de la taxe foncière :

Oui, mais… Votre résidence ainsi que les travaux doivent répondre à certains critères :

  • Le bien doit avoir été construit avant le 1er janvier 1989.
  • Les travaux effectués doivent avoir pour but la rénovation énergétique.
  • Le montant des travaux doit dépasser les 10 000 € hors main d'œuvre. 

Sachez également que cette aide peut aller d’une réduction de 50% de la taxe foncière à son exonération totale, mais attention, elle n’est que temporaire et dure 3 ans. 

Pour en bénéficier, vous devrez faire la demande auprès du service des impôts de la commune sur laquelle se situe votre bien.

Les aides locales :

Elles sont diverses et variées et nous n’aurions pas la possibilité de les répertorier ici. Toutefois, sachez que la région, le département, ou même la commune dont dépend votre résidence secondaire proposent des aides locales. Afin de les connaître, faites une demande de renseignement auprès des instances concernées.

Idée reçue n°3 :

Dans une même région, les aides sont toutes les mêmes.

Faux ! La localisation de votre résidence vous donne accès à des dispositifs différents selon les mesures prises localement.

Bon à savoir : Afin de bénéficier de ces dispositifs, vos travaux doivent être effectués par des entreprises certifiées RGE.

Si vous souhaitez effectuer des travaux de rénovation énergétique pour votre résidence principale* ou secondaire, contactez l’équipe de La Maison Des Travaux de Brie-Comte-Robert qui vous accompagnera et vous conseillera.

*Pour votre résidence principale, vous bénéficierez en plus des aides de l’ANAH - Ma Prim Renov’.